J.L, artiste-peintre

J.L, artiste-peintre

Les Iris, pas à pas.

1.

1. J'ai peint sur un papier Fabriano, un de mes préférés. La feuille a été mouillée à coeur puis tendue au préalable sur un châssis.

Une fois sec, le papier offre une surface bien plane, propice à un dessin léger, mettant en place les principales fleurs. Il suffit ensuite d'humidifier les endroits où la couleur peut travailler.

 

 

 

2. Les premiers lavis sont faits d'outremer auquel j'ajoute une goutte de carmin. J'incline la feuille et favorise ainsi la fusion des pigments. Il faut avoir prévu les blancs (espaces secs du papier) que l'on pourra colorer plus délicatement.

 

2.

3. Différentes nuances apparaissent, selon l'intensité des pigments, suivant le temps de séchage du papier. Je fais couler un jus coloré, je tente un bleu de cobalt. Les glacis ainsi formés participent à la transparence.  Quelques ocres à la base des pétales. Aucun mélange sur la palette, jusqu'ici, que des couleurs pures.

Je mouille à nouveau le papier pour les tiges et le fond. Je fais couler des jus, composés de différents verts. Cette fois, j'ai fait quelques mélanges sur la palette : bleu de Prusse et divers jaunes et ocres, terre de Sienne.

 

3.

4. Au fur et à mesure que sèche le papier, je tente les tiges avec un pinceau en martre. Travail du graphisme, couleurs plus ou moins foncées... Sur les zones mates, je dessine avec le pinceau propre, juste de l'eau pure, ce qui permet des ouvertures plus claires, des textures intéressantes.

Je laisse sécher. Les différentes couches vont travailler encore, les glacis apporter les effets optiques prévus et imprévus. L'aquarelle est le domaine de l'expérimentation, du risque, de l' aventure...

 

Les Iris de Vincent.



16/12/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres